Not classified

Tourbillon BOC

En horlogerie, un tourbillon, également appelé « cage tournante », est une complication horlogère, ajoutée au mécanisme d’échappement, destinée à améliorer la précision des montres mécaniques en contrebalançant les perturbations de l’isochronisme du résonateur dues à la gravité terrestre. Ce mécanisme fut inventé par l’horloger français Abraham-Louis Breguet en 1801.

Ce dispositif est très complexe à réaliser, c’est pourquoi il n’équipe que très peu de montres mécaniques. Blackout concept à l’honneur de pouvoir en proposer maintenant dans sa gamme.

Il convient de le distinguer du carrousel avec lequel il peut être confondu. Ce dernier, inventé en 1892 par B. Bonniksen, s’il poursuit le même objectif et apparaît très semblable, repose sur une disposition mécanique différente. Après de nombreuses recherches (sur les termes et concepts repris dans le brevet du tourbillon notamment) et discussions avec confrontation des points de vue, on peut s’accorder en suivant la perspective de Joseph Florès que le critère fondamental qui signe un tourbillon est la présence d’un rouage fixe sur lequel engrène la cage du tourbillon. Par contre, un carrousel ne dispose pas de cette roue fixe et son fonctionnement repose plutôt sur le principe d’un différentiel amenant une rotation du carrousel par engrènement de deux rouages produisant un mouvement relatif entre eux qui diffère. Les critères de vitesse de rotation, ainsi que de position (centrale ou excentrique) de l’axe de balancier sont maintenant non-pertinents pour les distinguer. 

Enfin, si le brevet initial de Breguet comporte une cage tenue entre deux pivots (comme une roue de vélo), Alfred Helwig a quant à lui conçu vers 1920 une variante permettant de se passer du second pivot (comme une toupie). Pour ce faire, la cage est fixée par une embase qui lui permet de tourner tout en étant tenue par ce seul côté, ce qui donne l’impression d’être non-tenue lorsqu’elle est vue du dessus et dénommée „fliegendes“ Tourbillon ou tourbillon volant.